Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Entrée libre
Avatar du membre
LLWW
Minus
Messages : 565
Enregistré le : 05 déc. 2016 18:43

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar LLWW » 06 sept. 2017 14:39

Dernier message de la page précédente :

Mouais bof, je l'avais déjà lu...

ET BAM, MANGE ÇA (façon de parler) COYOTE :

Victoria Beckham devoile les secrets de sa routine fitness intensive

Avatar du membre
Filouchelli 2.0
Maverick
Messages : 1026
Enregistré le : 14 déc. 2016 22:40
Localisation : désactivée

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Filouchelli 2.0 » 06 sept. 2017 15:12

Le Pinardier a écrit :Cela ne m'étonne pas que tu ne vois pas le rapport LLWW, j'en suis sincèrement désolé.
Et comme tu as pu le remarquer, je n'ai jamais et ne viendrai jamais jamais te reprocher le prosélytisme cynique et sarcastique que tu menes avec pugnacité depuis de nombreuses années à l'encontre des gens que tu considères beaucoup moins intelligent et sensible que toi.

@Filoucelli2.0

Les journaux occidentaux disent que c'est le peuple qui se révolte contre la dictature, d'autres sources nombreuses et variées (ong, fondations, ambassadeurs, journalistes indépendants) disent que ce sont les classes favorisées, l'extrême droite, des droupuscules para militaire venant notamment de Colombie.

Les événements ressemblent beaucoup aux événements qui se sont passés en Ukraine en 2014, j'ai donc beaucoup de méfiance à l'egard des articles qui sont diffusés dans les médias occidentaux.


Je pense qu'il faut faire attention, il y a bel et bien également des classes populaires normalement favorables au gouvernement qui descendent dans la rue car le pays est au bord de la famine, depuis la baisse des revenus pétroliers. Une amie venezuelienne a sa famille là bas et m'a vraiment précisé tout ça.

Autant les médias de base reprennent bêtement les infos des média privés venezueliens hostiles à maduro, autant il ne faut pas dire que c'est une révolte purement menée par des libéraux soutenus par les américains.
Version allégée et fiabilisée du précédent modèle 1.0

Avatar du membre
CraSh
Minus
Messages : 277
Enregistré le : 06 déc. 2016 19:16

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar CraSh » 06 sept. 2017 15:39

Surtout que d'autres ONG comme Human Rights Watch ou RSF tirent également la sonnette d'alarme chacune dans leur domaine de compétence à propos de la situation au Venezuela.

Avatar du membre
Le Pinardier
Minus
Messages : 945
Enregistré le : 17 déc. 2016 03:45

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Le Pinardier » 06 sept. 2017 15:56

@ Filoucelli2.0: Oui, un article dans le monde diplomatique de septembre relate ces faits. C'est malheureusement le résultat d'un pouvoir peu compétents face à une opposition violente et peu démocratique, le tout pimenté par un butin qui aiguisé l'appétit de multinationales étrangères qui se contrefoutent du niveau de vie des classes populaires locales.

Malheureusement l'article en ligne du monde diplomatique est réservé aux abonnés, si quelqu'un a un pdf merci beaucoup, voici le canard malgré tout Les deux visages de la crise vénézuélienne

@ Crash: voici un article très complet, et très morbide également, qui recense et détaille les victimes de la crise vénézuélienne. Tu apprécieras la mise en garde au début de l'article à propos des sources utilisées. Liste des victimes des manifestations au Vénézuéla

(A noter sur un autre sujet, je conseille également l'article sur le marché du travail allemand, il donne une vision factuelle sur ce qui pourrait arriver en France si Macron et son gouvernements réussissent à faire passer leurs réformes. L'enfer du miracle allemand par Olivier Cyran)

@ bzhyoyo, en complément de ma réponse tout à l'heure à propos de ce topic, voici un extrait d'une entrevue avec le journaliste Romaric Godin:

Vos articles ont rendu accessibles un certain nombre de problématiques contemporaines de l’économie, notamment au niveau européen. La vulgarisation de l’économie est-elle un enjeu important pour vous ?
Je pense que c’est fondamental et j’y crois beaucoup. Les enjeux économiques sont premiers dans les décisions politiques. Le cœur des décisions est là. Si on ne comprend pas comment fonctionne le système économique – ou si l’on n’essaie pas de le comprendre – on risque de n’avoir que des discussions de comptoir, par exemple sur la fiscalité ou les dépenses publiques. C’est valable pour les électeurs, et c’est valable pour les politiques. Quand on entend les politiques discuter de ces sujets-là on est souvent assez inquiet parce qu’on voit qu’on va toujours à la facilité qui est offerte par la pensée économique dominante, sous prétexte que celle-ci a l’apparence du bon sens. J’entends par là la pensée néolibérale (le terme a été validé par le FMI lui-même) qui repose sur l’idée que tout se limite au comportement d’un agent économique de base. Conséquence : l’État doit se comporter comme une entreprise, qui doit se comporter comme un ménage, qui doit se comporter comme un individu. A la fin, c’est l’État qui doit se comporter comme un individu. Cela conduit à des discours comme ceux de Bruno Le Maire qui explique, lorsqu’il entre en fonction, qu’il souhaite que l’État ne dépense pas plus que ce qu’il ne gagne comme tout bon ménage qui se respecte. C’est une absurdité sur le plan économique, cela n’a aucun sens, mais cela a l’apparence du bon sens.
Il est donc extrêmement important qu’on ait des citoyens avec une bonne culture économique afin de bien choisir nos dirigeants et que ceux-ci aient des programmes économiques qui répondent aux vrais enjeux. Cela veut dire qu’il faut qu’on ait des citoyens qui comprennent les processus et les mécanismes économiques pour décrypter les grands enjeux du débat. Sans cela, on ne peut construire de point de vue éclairé. Ce travail de vulgarisation n’est pas assez fait.
Personnellement, je pense qu’il faut utiliser l’actualité pour décrypter les enjeux. Il ne s’agit pas de faire de la pédagogie, terme tellement chéri par les libéraux, qui infantilise les citoyens en voulant les amener à une destination qui est déjà définie. Il est frappant de voir que ce langage de la pédagogie est aussi présent dans la bouche de nos dirigeants, alors qu’ils ne parlent jamais d’éducation. La pédagogie est fondamentalement antidémocratique, je rappelle qu’en grec cela veut dire « conduire l’enfant ». J’oppose à cette pédagogie le fait de faire de l’éducation qui est la base de la démocratie. C’est ce qui permet de redonner du sens à la démocratie. Par exemple, à la question « Comment se fait la création monétaire ? », 90% des gens pensent que la banque centrale imprime réellement des billets qu’elle distribue ensuite. En réalité, la création monétaire est effectuée par les banques commerciales via le crédit, ce qui est fondamental. Pensez à Jean-Michel Aphatie qui tweete en 2014 qu’il n’y a « plus de sous ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Absolument rien. En réalité, on ne peut pas dire qu’il n’y a plus de sous quand on trouve des « sous » dans une nuit pour renflouer les banques, comme en 2008. En revanche, on peut faire le choix politique de ne pas financer le système de santé et le système d’éducation pour financer autre chose. C’est un choix politique, mais on ne peut pas se cacher derrière la pseudo-évidence du « il n’y a pas de sous ».


L'entrevue complète ici: Macron représente le bloc bourgeois
« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. » [Bertolt Brecht.]

Avatar du membre
Le Pinardier
Minus
Messages : 945
Enregistré le : 17 déc. 2016 03:45

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Le Pinardier » 06 sept. 2017 19:52

Ça sent très fort l'aigreur et la haine au dessus.
« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. » [Bertolt Brecht.]

Avatar du membre
Amiral
Minus
Messages : 306
Enregistré le : 10 janv. 2017 16:36

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Amiral » 06 sept. 2017 22:10

Quand j'étais étudiant, Jacques Généreux nous avait balancé en amphi l'assertion suivante : « Passé un certain niveau d'intelligence et de culture, on ne peut être que néo-communiste » (je crois la citer de manière exacte). Il a depuis largement contribué au volet économique des « Insoumis ».

Le problème de fond, notamment de certains militants mélenchoniens, tient dans cette idée : la croyance qu'il existe un chemin « vrai » auquel on peut accéder en éclairant les masses mal dégrossies.
Lao-Tzeu l'a dit : Il faut trouver la voie ! Moi je l'ai trouvée. Il faut donc que vous la trouviez aussi…
:tchin:

En règle générale, les types qui défendent ce point de vue sont loin d'être bêtes, ils peuvent à juste titre impressionner et donner envie de les suivre. Mais ça ne marche pas souvent, il y a toujours un point du raisonnement sur lequel on n'est un peu plus calé et qui nous dérange parce qu'on n'a pas forcément la même sensibilité (les goûts et les couleurs...). C'est ce qui amène à relativiser la puissance des autres démonstrations auxquelles on n'a peut-être rien compris :geek: Un gars qui assène avec certitude des vérités, c'est toujours louche et c'est un mécanisme de défense de l'esprit humain :mrgreen:

Or indépendamment des démonstrations façon tartines avec plein d'arguments et de canards du web, il y a des systèmes de valeurs qui diffèrent, c'est vieux comme le monde, par exemple entre l'approche de Platon et celle d'Aristote (la gauche et la droite de l'époque). Ce n'est pas la mort, c'est comme ça.

On peut argumenter jusqu'à plus soif, je crois pour ma part qu'il faut juste accepter l'idée que le type d'en face n'a pas forcément la même approche du problème, que ce n'est pas nécessairement un signe d'inintelligence ou d'inculture (coucou Jacques)… et savoir passer à autre chose.



PS : et si vous êtes d'accord avec ce message, n'oubliez pas de voter Fillon :clark3:
Bernard Lama titulaire indiscutable.

Avatar du membre
ptitcoco
Maverick
Messages : 1006
Enregistré le : 04 déc. 2016 19:32

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar ptitcoco » 06 sept. 2017 22:27

Il fait encore de la politique Fillon ? :sif:

Avatar du membre
Le Pinardier
Minus
Messages : 945
Enregistré le : 17 déc. 2016 03:45

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Le Pinardier » 06 sept. 2017 22:34

Et sinon l'amiral, tu en penses quoi des tartines neo libérales balancées en mode industriel dans la quasi totalité des médias ? Tu en penses la même chose que ce que tu dis dans ton dernier message ?
« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. » [Bertolt Brecht.]

Avatar du membre
Le Pinardier
Minus
Messages : 945
Enregistré le : 17 déc. 2016 03:45

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Le Pinardier » 13 sept. 2017 12:36

Dominique est chanceux. A 28 ans, il vient de décrocher un CDD dans la PME située à deux pas de chez lui. Une boîte de fabrication de pièces pour automobiles où il peut exercer ses talents de fraiseur. Un CDD… de cinq ans, qu’il s’est empressé de signer. Fini, la durée maximale de 18 ou 24 mois pour les contrats à durée déterminée : la branche de la métallurgie a décidé de profiter à fond de la nouvelle loi réformant le code du travail, et de choisir la durée maximale autorisée par la jurisprudence européenne, dernier rempart, désormais, dans ce domaine.

Son patron a aussi indiqué à Dominique que son CDD pourrait éventuellement être renouvelé plusieurs fois, avec un délai de carence réduit au minimum. Et tant pis si la banque lui a refusé son prêt immobilier pour manque de visibilité sur son avenir professionnel.

Supprimer le 13e mois

Deux ans plus tard, comme Dominique travaille bien, son employeur le convainc de rompre d’un commun accord son CDD et d’accepter un CDI. Un CDI «d’opération». Car là aussi, la branche a utilisé pleinement la nouvelle législation en instaurant des CDI «de chantier ou d’opération», dont la rupture intervient avec la fin des tâches prédéfinies dans le contrat. Pour Dominique, il s’agit de la mise en place des trois nouveaux robots fraîchement arrivés d’Allemagne. Une fois ceux-ci installés, le CDI s’éteindra de plein droit. Dominique est un peu déçu mais la rémunération continue de le motiver : il touche une prime de vacances et un 13e mois - les partenaires sociaux de la branche de la métallurgie viennent de l’adopter.

Sauf que les temps sont durs. Peugeot menace de faire une croix sur les commandes, et les comptes risquent de virer au rouge. Pas très difficile, dans ces conditions, de persuader les élus du personnel de signer un accord supprimant à la fois le 13e mois et la prime. Une pratique permise par le nouveau code du travail, qui a exclu du domaine de la branche la plupart des thématiques qu’elle pouvait traiter et imposer à toutes les entreprises de son champ, avant la réforme. Dont les primes (hors travaux dangereux) et le 13e mois.

S’aligner sur les autres

Dominique est quand même heureux. Son salaire, 1 400 euros net par mois, est bien au-dessus du smic. Son secteur industriel paie toujours mieux que le bâtiment ou les services. Sauf que cette fois, c’est presque sûr, l’a prévenu son patron, ses concurrents sont allés plus loin dans les souplesses accordées par la nouvelle législation : Peugeot est à deux doigts de rompre son contrat avec la PME, qui représente presque 30 % du chiffre d’affaires. Pas le choix, il faut s’aligner sur les autres, au risque, sinon, de perdre un des plus gros clients.

Mais le chef d’entreprise se rassure vite : la nouvelle loi permet de négocier de nouveaux accords de compétitivité, où tout ou presque est permis. Fini les garanties de l’ancien monde qui prévoyaient notamment que le salaire ne pouvait pas baisser. Pour «répondre aux nécessités liées au fonctionnement de l’entreprise», ou (au choix) pour «préserver ou développer l’emploi», son patron a proposé aux salariés un accord qui réduira la rémunération de Dominique au niveau du minimum conventionnel, soit 230 euros de baisse mensuelle. Et qui l’oblige également à travailler en horaires décalés. L’accord a convaincu d’autant plus facilement les salariés que c’est Philippe, le délégué du personnel, proche du patron c’est vrai, qui a négocié. Les choses ont bien changé depuis le dernier accord, quand la CGT avait mandaté un salarié et suivi de près les négociations, comme l’imposait l’ancien code du travail. Avec la nouvelle loi, plus besoin de syndicat dans les entreprises de moins de 50 salariés pour négocier et signer un accord.

Nouveau barème aux prud’hommes

Dominique reste néanmoins (encore un peu) optimiste. Il a toujours son boulot. Et depuis huit mois qu’il bosse en CDI («d’opération»), il a déjà installé deux robots. Ne reste plus que le troisième à mettre en place. Sauf que… Dominique ne comprend pas, il vient de recevoir une lettre qui lui annonce la fin de son contrat. «Et le troisième robot ?» s’insurge-t-il.
Il se plaint auprès de son collègue Antoine, dans les vestiaires : «C’est totalement injustifié !» Antoine est sympa et lui livre les dernières rumeurs qui circulent : le patron aimerait bien embaucher son petit-neveu. Et il a les compétences parfaites pour le poste… de Dominique. «Mais chut, tu ne dis rien», lui demande Antoine. Cette fois-ci, c’en est trop pour Dominique : «Un CDD de cinq ans puis un CDI d’opération, la prime de vacances et le 13e mois supprimés puis la baisse de salaire de 230 euros par mois. Et maintenant un licenciement injustifié ?» Comme Dominique n’est pas du genre à se laisser faire, il va saisir les prud’hommes. Sûr, il va arracher un beau pactole à son patron pour cette injustice.

Quelques mois plus tard, quand les juges des prud’hommes lui expliquent, il ne veut pas y croire : oui, ils savent que c’est le petit-neveu qui a été embauché. Et oui, ils auraient voulu sanctionner le patron. Mais Dominique ne pourra pas toucher plus de trois mois de salaire en compensation. C’est le nouveau barème qui veut cela : avec trente-deux mois de présence dans la boîte, et même si le licenciement est irrégulier, il ne peut pas toucher plus de trois mois de salaire brut d’indemnités.

Quelques mois plus tard, Dominique n’est plus seul : le patron a licencié un tiers des salariés de la boîte. L’entreprise allait mal, paraît-il. «Même si elle faisait partie d’un groupe international qui pétait le feu ?» demande Dominique à Antoine, au chômage lui aussi. Antoine ne sait pas trop quoi répondre. Mais en allant aux prud’hommes, les juges leur disent qu’ils n’ont plus le pouvoir, avec la nouvelle loi, de juger des difficultés économiques au niveau du groupe. Seulement de la France. Dominique et Antoine attendent désormais avec impatience la réforme à venir de l’assurance chômage, prochain dossier social au menu du gouvernement.

Luc Peillon
« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. » [Bertolt Brecht.]

wam
Minus
Messages : 846
Enregistré le : 04 déc. 2016 19:18

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar wam » 13 sept. 2017 12:39

Précisons que c'est un article de Libération qui montre ce que peut donner la nouvelle loi travail.

Avatar du membre
coyote
Minus
Messages : 633
Enregistré le : 05 déc. 2016 08:07

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar coyote » 13 sept. 2017 18:13

Pour en revenir au titre de ce sujet, une décision qui pourrait faire jurisprudence mais également l'objet d'un "agora philosophique" :

Selfie pris par un singe. Le photographe reconnu comme auteur du cliché

Image

La bataille juridique durait depuis deux ans. La justice a tranché en faveur du photographe David Slater, comme étant le détenteur des droits du selfie de Naruto, un macaque d'Indonésie dont la photo a fait le tour du web. L'association de défense des animaux PETA avait assigné David Slater devant la justice, estimant que l'animal était le véritable auteur du cliché.
Après deux ans de bataille juridique inédite entre un photographe britannique et un macaque d'Indonésie, les droits du « selfie de singe » devenu viral sur internet reviennent à l'humain mais il a promis d'en partager le fruit.
Tout a commencé en 2011 sur l'île de Sulawesi en Indonésie, quand un macaque noir à crête (macaca nigra) s'était emparé de l'appareil photo de David Slater pour prendre l'un des selfies les plus célèbres dans toute l'histoire de l'autoportrait.
Le visage du singe, avec ce qui peut passer pour un large sourire, dévoilant de grandes dents et illuminant ses grands yeux oranges, avait fait sensation quand le photographe britannique - qui avait réussi à récupérer son appareil photo et les clichés pris par le macaque - l'a publié dans un livre.

Mais PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), un groupe de défense du droit des animaux très actif, ne l'entendait pas de cette oreille et a porté plainte contre David Slater arguant que c'est bien Naruto qui « a pris la photo et que par conséquent il détient les droits sur l'image, comme ce serait le cas pour un humain ».
Le photographe pour sa part estimait qu'il était le propriétaire légitime des photos parce qu'il avait mis en place le dispositif et ne s'était éloigné que quelques minutes pour se rendre compte ensuite que le macaque s'était emparé de son appareil et avait appuyé sur le déclencheur.

Droits des animaux

Suite à l'accord, PETA écrit sur son blog : « dans le cadre de l'accord, Slater a accepté de donner 25% de tous les futurs revenus tirés de l'usage ou de la vente des selfies du singe à des organismes qui protègent l'habitat de Naruto et les autres macaques à crête d'Indonésie ».

« Naruto et le fameux "selfie de singe" qu'il a clairement pris démontre que lui et les autres macaques sont des êtres intelligents, pensants, complexes qui méritent de détenir légalement leur propriété intellectuelle et d'avoir des droits en tant que membres de la communauté légale ».

Un communiqué commun souligne que « PETA et David Slater sont d'accord pour dire que ce cas soulèvent des questions importantes sur des sujets de pointe comme l'extension des droits des animaux non humains, un but que tous deux soutiennent et ils vont poursuivre dans leur travail respectif à tenter d'arriver à ce but ».

Étonnant, non ? (La photo est excellente)

Avatar du membre
Le Pinardier
Minus
Messages : 945
Enregistré le : 17 déc. 2016 03:45

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Le Pinardier » 13 sept. 2017 20:00

C'est une question marxiste que tu nous pose Coyote : la production appartient-elle au propriétaire de l'outil de production ou bien à la main d'oeuvre qui l'a utilisé pour produire le bien ?
« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. » [Bertolt Brecht.]

Avatar du membre
bzhyoyo
Maverick
Messages : 1616
Enregistré le : 04 déc. 2016 19:20

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar bzhyoyo » 13 sept. 2017 20:11

Autant je suis pour la défense de l'environnement, autant PETA me sort par les trous de nez en essayant de donner les mêmes droits que les humains à des animaux. Comme si le macaque avait eu conscience du geste qu'il accomplissait...
fournisseur officiel de signatures du PO.

Avatar du membre
Le Pinardier
Minus
Messages : 945
Enregistré le : 17 déc. 2016 03:45

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar Le Pinardier » 13 sept. 2017 20:17

Il y a des animaux qui ont conscience de leur propre image, mais il semble que le test du miroir utilisé pour le prouver fait toujours débat.

Par contre nous avons encore beaucoup de chose à apprendre sur le cerveau animal, et puis reconnaître des droits aux animaux serait une telle avancée dans l'évolution de l'espèce et de la civilisation humaine que je ne crois pas que cela arrive en pleine période de neo libéralisme sauvage !
« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise. » [Bertolt Brecht.]

Avatar du membre
bzhyoyo
Maverick
Messages : 1616
Enregistré le : 04 déc. 2016 19:20

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar bzhyoyo » 13 sept. 2017 20:38

Le Pinardier a écrit :Par contre nous avons encore beaucoup de chose à apprendre sur le cerveau animal


Sur le cerveau tout court même.
Je mange des animaux et j'aime ça. Le premier qui vient me parler de meurtre, je l'étouffe avec son tofu. :moe:
fournisseur officiel de signatures du PO.

wam
Minus
Messages : 846
Enregistré le : 04 déc. 2016 19:18

Re: Vous n'allez pas croire ce que vous allez lire...

Messagepar wam » 13 sept. 2017 23:00

Tu vas voir qu'un jour on aura même plus le droit de bouffer du végétal non plus. Que du shmik!


Retourner vers « Le Saloon »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité